Lauriane : prof de yoga et slow entrepreneure

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

« J’ai l’impression d’être sur le siège pilote et non plus passager de ma vie pro . »

Raconte-nous ton parcours.

Après mes études de commerce et une alternance en cabinet de recrutement, j’ai intégré une entreprise en tant que chargée de ressources humaines. J’ai évolué en interne jusqu’à occuper le poste de Responsable Ressources Humaines Internationale.

J’avais choisi la voie des RH en pensant avoir un impact dans la vie professionnelle des gens. Mais je me suis rapidement rendu compte que j’étais « entre le marteau et l’enclume ». Entre les salariés et la direction. Et que je n’avais pas vraiment d’impact, ni de pouvoir de décision.

En tant que RH, on m’appelait rarement pour me dire que tout allait bien !

Avoir le sentiment de travailler beaucoup pour peu d’impact direct sur la vie des gens, c’était trop. Ça ne faisait plus sens.

Je ne me sentais pas mentalement disponible pour réfléchir à la suite. J’avais hésité à faire un bilan de compétences en étant en poste. Mais j’avais besoin de finir un chapitre avant d’en commencer un autre. De sortir complètement la tête du guidon.

Après 10 ans de corporate, j’ai donc décidé de tout plaquer sans trop savoir ce que j’allais faire après !

Ma demande de rupture conventionnelle a été acceptée début 2019. Ce qui m’a permis de prendre un peu de temps pour moi.

Je suis partie voyager pendant 3 mois en Amérique du Sud. Au passage, je me suis formée pour être prof de yoga au Costa Rica. Je n’avais aucune intention d’enseigner. C’était pour moi, pour mon apprentissage, en mode « grosse retraite de yoga ».

En rentrant en France à l’été 2019, j’ai fait un bilan de compétences en collectif.  

 

Qu’est-ce que le bilan de compétences t’a apporté ?

Faire un bilan m’a permis d’aligner tout ce que j’avais en tête et d’avoir plus de clarté sur ce que je voulais faire et ce que je ne voulais plus faire. Ce qui était important pour moi, mes valeurs, mon environnement de vie et de travail idéal. Ou encore me demander avec quel genre de personnes j’avais envie de travailler ou m’entourer. Tout autant de pièces de puzzle pour mieux me connaître et mettre les choses à plat.

 

Même si ce sont des informations que l’on connait (souvent inconsciemment), faire un bilan permet de prendre le temps de se poser et prendre conscience de ce qui nous correspond vraiment.

 

Et surtout, au-delà d’identifier un métier précis (boulangère, vétérinaire ou peu importe), j’ai travaillé l’impact que je voulais avoir dans le monde au sens large, qui j’avais envie d’aider, à faire quoi, et comment.

 

Je savais que je voulais faire quelque chose en lien le tourisme car je suis passionnée de montagne.

 

Et, dans une société où l’on est comme dans une roue de hamster, à courir sans arrêt après plein de choses, que dès qu’un step est atteint on est déjà en train de penser au suivant. J’avais envie d’encourager les gens à se poser, à profiter un peu plus de la vie. Plutôt que d’attendre le week-end, les vacances, la retraite ou que sais-je !

En quoi consiste ton activité exactement ?

J’organise des séjours yoga, nature et chill, principalement en montagne mais parfois ailleurs. 

C’est un concept décalé par rapport aux retraites de yogas classiques qui sont surtout axées sur la pratique intensive, la détox, les moments de silence, les chants de mantras…

Mes séjours sont moins puristes. Je propose du yoga mais de manière plus light que dans une retraite traditionnelle. Avec la volonté de démocratiser le yoga. De permettre aux gens de rentrer chez eux après avoir passé un bon moment et de se rendre compte que prendre soin de soi est compatible avec leur quotidien.

Comment as-tu eu l’idée de créer Zen Escapes, ton agence de séjours de yoga, montagne et apéro ?

Je pratiquais le yoga depuis une dizaine d’années mais de manière assez irrégulière. Il a toujours été un « outil » pour moi, que j’utilise quand j’en ressens le besoin. Et c’est comme ça que je le transmets aujourd’hui. Ce n’est pas mon mode de vie. Je ne suis pas une « puriste » qui pratique, vis, mange et dort yoga tous les jours.

Parfois je vais beaucoup pratiquer, parfois je ne pratique pas pendant plusieurs jours et c’est OK.

Lorsque j’ai fait ma formation de prof, c’était sans l’intention d’enseigner et donc sans savoir que ce serait une pièce du puzzle à la fin.

À la même période que mon bilan de compétences, je cherchais un stage de yoga pour mes vacances et j’ai constaté qu’il n’existait pas vraiment de séjours yoga « à la cool ». Il y a beaucoup de retraites de yoga plutôt spirituelles, avec une pratique intensive.

Mais moi je voulais juste partir en vacances un peu zen, faire du yoga pour me détendre, et aussi faire l’apéro et d’autres activités !

 

Les pièces du puzzle commençaient à se rassembler : travailler en mode projet dans l’événementiel et le tourisme, avec la mission de contribuer à ce que les gens prennent davantage soin d’eux, soient plus zen. Qui plus est, j’étais devenue prof de yoga et je venais de constater qu’il y avait une offre qui n’existait pas.

 

C’est comme ça qu’est née cette folle idée ! Alors même que je n’avais pas prévue d’entreprendre à ce stade-là, ni d’enseigner le yoga.

 

Une fois que j’ai eu l’idée, j’ai écrit sur papier le programme type d’un séjour auquel j’aimerais m’inscrire. J’ai fait un moodboard. Et tout est devenu clair. Limpide.

 

Un soir, j’ai pris mon ordi et j’ai écrit tout mon site internet en une soirée. Ce sont des petits moments comme celui-là où j’étais tellement dans le flow. Tout me venait très clairement, donc j’ai surfé sur cette vague-là jusqu’à maintenant. Tant que ça me parait évident et que les portes s’ouvrent, j’y vais !

Avoir le chômage pour 2 ans me sécurisait pour me lancer et crash-tester mon idée. Voir si elle pouvait plaire et ME plaire. Dans le cas contraire, j’avais prévu de postuler auprès d’agences événementiel.

 

C’est comme ça que Zen Escapes est né, en octobre 2019.


9 mois après avoir quitté mon poste, je me lançais dans l’entrepreneuriat, par l’envie d’être plus libre, mais surtout parce que ça s’est imposé comme la solution idéale, une fois l’idée trouvée.

De quoi as-tu eu besoin pour te lancer ? Quelles ont été les étapes de ton projet ?

De LA bonne idée, de courage et d’huile de coude ! Les étapes clés ont été d’acter que j’allais quitter mon job et ma carrière toute tracée, faire un bilan de compétences, me rendre compte en même temps que mon bilan qu’il y avait une opportunité à saisir sur le marché des séjours de yoga, et me lancer. 

J’ai également créé mon site, immatriculé mon entreprise, ouvert un compte en banque, et pris une assurance pro…

Puis, j’avais envie de m’entourer alors je me suis inscrite dans un espace de coworking, ce qui m’a beaucoup stimulé et apporté des idées et de l’énergie.

J’ai commencé à donner des cours de yoga en studio à Lyon pour commencer à pratiquer l’enseignement et j’enseigne toujours dans ce studio aujourd’hui en parallèle de mon activité principale.

Ensuite j’ai lancé ma première « escape » à la journée sur Lyon. Une journée avec un cours de yoga, un atelier bien-être et un goûter. J’en ai fait un, puis deux, et trois. Pour commencer à voir si ça me plaisait de transmettre, si j’étais capable d’organiser ces événements, si l’idée plaisait…

Puis il y a eu le Covid. 4 mois après mon lancement, tout fermait.

Pendant le confinement, j’ai monté mon 1er séjour. Il a eu lieu en août 2020 et, non seulement il s’est rempli à toute vitesse, mais il y avait aussi une liste d’attente, c’était la folie ! Il s’est super bien passé, et ressemblait exactement à ce que j’avais imaginé. Il y a même des photos qui ont été prises lors de ce séjour qui ressemblent comme 2 gouttes d’eau à celles que j’avais mises dans mon vision board !

Chance du débutant ? Contexte post-covid ? Quoi qu’il en soit, ça m’a donné des ailes pour la suite !

Qu’est ce qui t’a aidée dans ton parcours ?

Ma ténacité et le fait que je croyais très fort que ça allait marcher.

 

En organisant mon premier séjour, j’ai eu le sentiment que c’était naturel pour moi. Que le fait d’organiser un séjour de 4 jours pour 12 personnes ne me demandait pas d’effort. En réalité, j’avais juste tellement envie que ça fonctionne que je l’ai organisé naturellement, sans difficulté.

Je tenais vraiment MON truc ! Non seulement ça ne me demandait pas d’effort, mais en plus je me suis régalée et ça a marché. 

Comme l’a dit Jacques Brel, « Le talent, ça n’existe pas. Le talent, c’est d’avoir envie de faire quelque chose ».

As-tu suivi des formations pour t’aider dans ton projet ?

J’avais de bonnes notions grâce à mon master en école de commerce, mais j’ai beaucoup suivi de formations, tutos, masterclass et conseils de pro pour aller piocher les infos dont j’avais besoin au fur et à mesure.

 

Depuis ma formation de base au Costa Rica, j’ai continué à me former au yoga, mais aussi à l’aromathérapie. J’aimerais faire une formation d’accompagnateur en montagne. Donc pas forcément des formations qui ont attrait au yoga mais aux séjours en général.

Actuellement, je travaille avec une coach pro pour faire grandir le business model et gagner en visibilité. Car pour remplir mes séjours, le bouche à oreille ne suffit pas. J’utilise les réseaux sociaux, le référencement de mon site à travers la rédaction d’articles de blog notamment ainsi que la mise en ligne de mes séjours sur des plateformes intermédiaires (comme bookyogaretreat). Mais l’objectif est de développer ma visibilité organique pour réduire les coûts de communication.

Qu’est ce qui te plaît le plus, aujourd’hui, dans ton métier ? et dans ta vie de freelance ?

Ma liberté, de m’organiser comme je veux, bosser avec qui je veux. L’impression d’être sur le siège pilote et non plus passager de ma vie pro. Un vrai équilibre pro/perso.

Et d’être sur place sur mes séjours, j’adore et je me rends compte à quel point j’aime ce que je fais.

Comment se présente une semaine type pour toi ?

Il n’y en a pas !

J’ai quand même la structure des quelques cours de yoga que je donne en studio, et le fait que je travaille dans un espace de coworking pour me concentrer et m’entourer. Sinon, aucun modèle type, je fais en fonction de mon énergie, de mon activité qui est saisonnière, de mon inspiration…

Globalement, beaucoup plus de temps passé sur Excel, Canva et mes mails que sur un tapis de yoga !

Quelles difficultés et quelles joies as-tu rencontrées depuis que tu es entrepreneure ?

Le covid a été mon plus gros obstacle…Travailler dans l’événementiel, le sport et le tourisme, c’était le combo gagnant pendant les périodes de confinement ! J’ai annulé 1 séjour sur 2 pendant presque 2 ans.

Et comme tout entrepreneur, des projets qui tombent à l’eau, la peur de manquer financièrement. Mais les joies et la fierté de créer un projet de A à Z, et de voir mes clients heureux, sont mes moteurs au quotidien.

Qu’est-ce que tu te dis en regardant ton parcours aujourd’hui ?

Que si on m’avait dit il y a 10, 5 ou même 3 ans que j’en serais là aujourd’hui, je ne l’aurais pas cru.

Je suis très fière et heureuse d’avoir eu le courage de créer la vie qui me ressemble.

Avec du recul, je ne ferais rien différemment car chaque étape voire erreur font que je suis là aujourd’hui.

Quels sont tes projets et tes rêves pour la suite ?

Faire en sorte que mon activité me rapproche toujours plus de la façon dont j’ai envie de vivre : en étant « slow entrepreneur » et en me rapprochant de la montagne car c’est là que je me sens le mieux.

Mon but ultime est d’acheter un chalet, pour accueillir mes séjours et passer encore plus de temps en montagne.

Quelles sont les difficultés d’une reconversion selon toi, et comment les dépasser ?

Souvent ce sont des peurs issues de croyances limitantes. Peur de manquer par exemple, de ne pas réussir, de ne pas être à la hauteur. Mais finalement, chaque limitation peut être dépassée.

Peur de ne pas s’en sortir financièrement ? Solution : se dire qu’au pire, on reprendra un boulot salarié dans sa carrière initiale, ou un boulot alimentaire, ou au pire on rentre chez ses parents… il y a beaucoup d’étapes avant d’être vraiment en galère.

Aujourd’hui, j’ai perdu en niveau de vie mais j’ai gagné en qualité de vie. Tout dépend de ses priorités. Je n’ai pas de gros besoins financiers au quotidien. Et je privilégie le temps à l’argent et la liberté à la sécurité. Ce n’est pas le cas de tout le monde.

Si jamais j’ai besoin, j’irai chercher une alternative. Je n’ai aucun souci avec l’idée de prendre n’importe quel boulot pour me remettre à flots financièrement si nécessaire, peut-être à mi-temps en parallèle des escapes.

Il faut se poser la question : Est-ce qu’on est prêt à faire ce sacrifice de rogner sur la partie financière pour gagner en temps libre, en qualité de vie, etc. ?

La réponse n’est pas forcément oui pour tout le monde. Pour moi c’est le cas.

Que conseillerais-tu à une femme qui souhaite se lancer dans une reconversion et/ou comme entrepreneure mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

Lance-toi. Tant que tu n’auras pas essayé, tu ne pourras pas savoir si ça marcherait ou pas, et tu risquerais de le regretter.

Il n’y a pas besoin de connaître l’intégralité du chemin pour arriver à destination, inutile d’attendre que tout soit parfait, que les étoiles soient alignées (elles ne le seront jamais toutes), la plus grosse partie du chemin, c’est se lancer.

Et aussi : entoure-toi. Parle avec d’autres entrepreneurs, inspire-toi de ceux que tu admires, demande conseil, ne reste pas seule dans ton coin à essayer de tout démêler. Et go !

Ta citation favorite

« Un voyage de 1000 lieues commence toujours par un premier pas » – Lao Tseu

Retrouve Lauriane

Et suit l’actualité de Zen Escapes sur ses réseaux sociaux

L’essentiel à retenir

Tout le monde a du talent ✨

Dans l’imaginaire collectif, le talent est lié en général au domaine artistique. FAUX ! Il s’agit d’une capacité à faire quelque chose naturellement, de manière innée, sans difficulté. Quelque chose qui te paraît évident. Qui est selon toi à la portée de tous. Voilà pourquoi il n’est pas simple d’identifier ses talents. Lauriane a identifié l’un de ses talents : l’organisation ! Et toi, quels sont tes talents ? Pour t’aider, je t’invite à te remémorer 3 expériences (pro ou perso) dans lesquelles tu t’es sentie être la bonne personne au bon endroit. Être à ta place. Des moments où tu faisais ce que tu aimais, sans avoir l’impression de travailler ou de te forcer. Une fois terminé, demande-toi : comment étais-je dans cette situation ? Ressenti, émotions, qualités, compétences mobilisées…Note tout ce qui te passe par la tête en te remémorant ce moment. Tu es sur la bonne voie pour identifier tes talents ! 🚀

Le yoga, un outil pour le corps et l'esprit

Si le yoga fait autant d’adeptes, ce n’est pas pour rien ! Et tu n’es pas obligée d’être souple, mince ou encore vegan pour pratiquer. Pratiquer le yoga te permet d’améliorer ta condition physique (mieux respirer, s’assouplir, se tonifier…) ET ton état d’esprit (réduction du stress, confiance en soi, concentration…). Dans une période de questionnement professionnel, il peut donc être un précieux allié 🧘🏼‍♀️ Il existe plusieurs types de yoga. À toi de trouver celui qui te correspond le mieux. Alors, prête pour un petit chien tête en bas ? 😉

Trouver son WHY, son POURQUOI, son IKIGAÏ

Lauriane a trouvé sa mission. La façon dont elle souhaite contribuer à la société à travers son job. Encourager les gens à profiter un peu plus de la vie. Son outil pour y arriver ? Un concept de voyages yoga, chill & apéro ! Lorsque tu réfléchis à la suite de ta carrière, il est indispensable de te demander sur quoi ou sur qui tu souhaites avoir de l’impact. C’est en répondant à cette question que tu amèneras du SENS à tes journées et à ton projet. Nos coachs t’accompagnent pour répondre à cette question et trouver ton Ikigaï dans notre bilan de compétences réinventé.

Oser, tester, analyser : les clés pour vaincre la peur de se lancer !

Certaines personnes attendent de développer leur confiance en soi avant de se lancer. Contrairement à ce que l’on peut imaginer, la confiance en soi vient en PASSANT À L’ACTION ! Alors ose te lancer, teste ton idée et laisse toi la possibilité de voir si elle fonctionne ET si elle te plaît. Car il est fréquent d’idéaliser une voie et de se rendre compte qu’elle n’est finalement pas faite pour nous. Et c’est OK. Au pire, tu peux reprendre un poste dans ton secteur initial voire un job alimentaire le temps de retomber sur tes pattes. Quoi qu’il en soit, le voyage vaut le coup ! Et aucun regret à l’horizon 👌🏽

Redonne du sens 

à ta vie pro !

Un accompagnement personnalisé pour mieux te connaître, construire un projet qui te ressemble et passer à l’action pour enfin kiffer ton job !

Articles à la une 

Partagez ce post

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Si toi aussi tu souhaites (re)devenir actrice de ta vie pro, découvre notre bilan de compétences réinventé.

Un accompagnement personalisé pour mieux te connaître, construire un projet qui te ressemble et passer à l’action pour ENFIN kiffer ton job !

Picture of Astrid Van Minden

Astrid Van Minden

Fondatrice & Coach en réinvention professionnelle.
Ma vision : une agence digitale dédiée à l’épanouissement professionnel des femmes. Bienvenue chez COMP&SENS !

Retour en haut
Nous n'avons pas pu confirmer ta demande.
Bravo ! Ta demande est validée !

Avant-Première "Je trouve mon ikigaï" 

L'atelier collectif pour mettre des paillettes dans ta vie

Nous n'avons pas pu confirmer ta demande.
Bravo ! Ta demande est validée !
Nous n'avons pas pu confirmer ton inscription.
Bravo ! Ton inscription au mini-parcours est validée !

Reçois pendant 5 jours nos conseils, outils et partages d'expériences

Nous n'avons pas pu confirmer ton inscription.
Ton inscription est confirmée.

Du sens (et des paillettes) dans ta vie pro !

Reçois chaque mois des outils et des inspis 

pour une vie pro épanouie