Gwladys : mumpreneure écolo

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

« Ne pas rester dans sa bulle… Je me rends compte aujourd’hui que nous avons des ressources de dingue tout autour de nous, mais que nous ne les utilisons pas forcément. »

Raconte-nous ton parcours.

Après le bac, je me suis dirigée vers des études d’architecture d’intérieur en intégrant l’école CREAD à Lyon. C’est lorsque mes parents ont fait construire leur maison que j’ai eu un coup de cœur pour ce métier.

Fraichement diplômée, j’ai commencé ma vie professionnelle en CDD dans l’entreprise dans laquelle j’avais fait un stage. J’ai ensuite enchaîné dans une entreprise spécialisée dans l’éclairage et une autre dans l’agencement sur mesure pour des particuliers. Par la suite, on m’a débauchée pour rejoindre une société spécialisée dans l’aménagement d’espaces professionnels où je suis restée 5 ans.

Au début, j’étais très épanouie, nous étions une petite équipe, l’ambiance était très sympa avec une bonne cohésion.

Cette société a connu une croissance assez rapide avec une augmentation des effectifs. Nous sommes passés d’une ambiance start-up à une grosse machine dans laquelle je me retrouvais moins. De plus, c’était un rythme effréné avec toujours cette course aux projets. J’avais la sensation d’être un numéro dans une grande structure.

Je commençais à me poser des questions et j’avais pour idée de chercher un nouveau poste dans une structure à taille humaine.

En parallèle, j’ai eu une prise de conscience vis-à-vis de l’environnement.

Tout ce questionnement n’a cessé de grandir avec l’arrivée de mes jumeaux puis du confinement !

Avec la maternité, très vite, s’est posée la question du sens. J’avais envie de faire quelque chose de responsable, de me lever le matin en me disant « ce que je fais est bien ». Et aussi retrouver du lien avec l’humain ! À ce moment-là, j’ai eu le déclic. J’ai compris que ce n’était pas changer d’entreprise qu’il me fallait, mais changer de métier.

J’avais au préalable dressé une liste de projets liés à l’environnement. Avec l’arrivée des jumeaux, j’ai pris conscience des difficultés de gestion des habits.

C’est donc naturellement que m’est venue l’idée de créer un concept de reprise et de vente de vêtements de seconde main pour enfants.

Gones Ecoa vu le jour officiellement en février 2022 et le E-shop en juillet 2022.

 

En quoi consiste ton travail aujourd’hui et qu’est ce qui te plait le plus ?

Ma société est spécialisée dans l’achat/revente de vêtements de seconde main pour enfants. Un projet plein de sens et responsable !

Le concept : je me déplace à domicile en région Lyonnaise pour racheter les vêtements que les enfants ne portent plus pour ensuite les mettre en vente sur ma boutique en ligne. Un gain de place, de temps et d’argent tout en consommant mieux pour notre planète !

Mes produits sont disponibles en ligne, mais je crée également des événements éphémères sur l’Ouest Lyonnais pour me faire connaître et vendre en direct.

Ce que je préfère, c’est le relationnel avec les clients. Que ce soit lorsque je me déplace chez eux, ou bien quand je vends en direct lors d’événements, j’adore ces moments d’échanges.

Quelles ont été les étapes de ton projet ?

Au retour de mon congé maternité, en mai 2021, j’ai fait une demande de rupture conventionnelle.

Ayant un projet derrière, j’ai obtenu ma rupture sans trop de difficultés et mon départ s’est très bien passé.

Pendant l’été, j’ai eu besoin de souffler tout en commençant à me décider sur mon projet, à questionner et à me renseigner autour de moi. Je me suis également formée à l’entrepreneuriat auprès de la CCI.

En septembre, j’ai construit mon business plan. Il s’en est suivi la partie expert-comptable, banque, validation de mes statuts et de mon prêt bancaire.

En janvier 2022, j’ai commencé à travailler sur l’e-shop avec toute la partie création de logo, identité visuelle, développement…et en février, j’ai immatriculé la société. 

En parallèle, j’ai suivi une formation en ligne sur le marketing digital et je commençais déjà à acheter des vêtements à domicile pour commencer mon stock.

J’ai lancé le site en juillet 2022 avec les premières mises en lignes et les premières ventes. Et en fin d’année, j’ai commencé les premiers événements éphémères.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de devenir entrepreneure ? Quelle a été ta plus grande peur ?

Au début, ce n’était pas une évidence pour moi. J’ai envisagé de commencer cette activité dans une structure déjà existante en tant que salariée.

Mais très vite, j’ai ressenti le besoin de créer quelque chose à mon image et aussi de sortir des contraintes du salariat.

Le problème d’entreprendre, c’est que l’on part de 0. C’est à la fois excitant et affolant.

Quand j’ai vu qu’il existait déjà des concepts similaires, ça m’a freinée, puis un proche m’a dit « Tu crois que tous les coiffeurs se disent ça ? », cela a raisonné en moi et m’a aidée pour comprendre qu’il y avait de la place pour tout le monde, qu’on avait tous quelque chose de différent à apporter.

Il y a beaucoup d’autres peurs qui m’ont traversée : peur de l’échec, peur d’être ridicule, peur de ne pas être légitime, peur
d’être jugée, peur de ne pas gagner assez d’argent, peur d’avoir visé trop haut ou bien pas assez, peur de décevoir…

Avec le temps, les événements personnels et mon rôle de maman, j’ai appris à relativiser et à passer au-dessus de ces peurs (même si ce n’est pas toujours simple !).

Comment a réagi ton entourage ?

Au début, c’était très mitigé… Mais petit à petit mon entourage à vraiment compris mon projet et m’a suivie. Maintenant, je n’ai plus besoin de convaincre personne, ce sont mes ambassadeurs !

Un grand merci à mon conjoint qui me suit depuis le début dans ce projet et qui n’a jamais douté de moi et de mes décisions.

Comment se présente une journée type pour toi ?

Mes journées peuvent être très différentes.

Si je fais un rendez-vous de reprise de vêtements, c’est minimum 1 heure. Je me déplace chez la personne, je trie les vêtements par état et catégorie, j’annonce le prix puis je charge.

Si je me consacre à ma boutique en ligne, je commence par trier les vêtements, les repasser, faire le shooting photo, étiqueter le produit puis le mettre en ligne. Sans compter le temps de rangement ! En une journée, j’arrive à traiter environ 50 articles (si je ne fais que ça !).

Depuis fin d’année 2022, je fais également des ventes éphémères. Pour ces événements, il y a un temps de préparation : sélectionner les vêtements, les mettre sur cintres, étiqueter, charger les vêtements puis les décharger pour les installer sur le site. Il faut en moyenne 3 à 4 jours pour préparer et 1 journée pour charger et installer.

Il y a également toutes les autres tâches qui gravitent autour et qui me prennent beaucoup de temps : gestion des réseaux sociaux, organisation des événements (flyers, pub…), comptabilité, administratif, gestion des stocks, dons de vêtements à des associations pour les articles non-conformes à ma charte qualité…

Comment as-tu géré ta vie de maman et ta reconversion en parallèle ?

Démarrage très compliqué !

Les garçons ont été beaucoup malades, avec les restrictions COVID, c’était vraiment galère. La crèche ne les acceptait pas, et je les gardais à la maison… J’ai eu beaucoup de semaines qui ont été « perdues » pour ma société.

J’ai été tiraillée et j’ai beaucoup culpabilisé… Le rythme a été un peu long à trouver.

Qu’est-ce que tu te dis en regardant ton parcours aujourd’hui ?

« Ah ouais, quand même ! »

Grâce à mon bilan de début d’année, j’ai pris conscience de tout ce que j’avais déjà fait. Et c’est vrai qu’on a tellement toujours la tête dans le guidon entre le pro et le perso, qu’on oublie très vite tout ce qui a déjà été accompli.

Je suis plutôt fière, surtout en partant vraiment de 0 comme je l’ai fait, car je suis maman de jumeaux et gérante de ma société, ça rigole plus !

Que conseillerais-tu à une maman qui souhaite se lancer comme entrepreneur mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

Mon plus grand conseil est de parler, parler et parler !!! Ne pas rester dans sa bulle… Je me rends compte aujourd’hui que nous avons des ressources de dingue tout autour de nous, mais que nous ne les utilisons pas forcément.

Ensuite, je dirais de prendre le temps de trouver les bonnes personnes pour se faire conseiller et se faire aider par des personnes compétentes, qui sont déjà passées par là.

Lorsque l’on est maman, nous ne sommes plus seules dans la barque, nous emmenons tout le monde avec nous. Mais si vous vous mettez à fond dans un projet qui vous fait vibrer, votre famille le ressentira, vous soutiendra et en sera d’autant plus épanouie…

Sinon en ce moment, je m’applique la méthode « test and learn » et ça me réussit plutôt bien !

On a tendance à se dire « ce n’est pas fait pour moi », « je n’y arriverais pas », « que vont dire les autres » ! Mais finalement, le plus important, c’est de faire ce qu’on aime avec le cœur, le reste suivra forcément.

Quels sont tes projets et tes rêves ?

Développer davantage les événements « boutique éphémère », car je vois que ça plaît et j’aime le contact humain !

J’aimerais ne plus être seule, m’associer ou trouver des partenaires pour porter ce projet à plusieurs.

Et pourquoi pas élargir ma gamme de produits aux jouets, livres, mobilier, matériel de puériculture… Tout ce dont on a besoin pour nos enfants, toujours en mode seconde main !

Retrouve Gwladys

Et suis l’actualité de Gones Eco sur ses réseaux sociaux

Redonne du sens 

à ta vie pro !

Un accompagnement personnalisé pour mieux te connaître, construire un projet qui te ressemble et passer à l’action pour enfin kiffer ton job !

Articles à la une 

Partagez ce post

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Si toi aussi tu souhaites (re)devenir actrice de ta vie pro, découvre notre bilan de compétences réinventé.

Un accompagnement personalisé pour mieux te connaître, construire un projet qui te ressemble et passer à l’action pour ENFIN kiffer ton job !

Picture of Astrid Van Minden

Astrid Van Minden

Fondatrice & Coach en réinvention professionnelle.
Ma vision : une agence digitale dédiée à l’épanouissement professionnel des femmes. Bienvenue chez COMP&SENS !

Retour en haut
Nous n'avons pas pu confirmer ta demande.
Bravo ! Ta demande est validée !

Avant-Première "Je trouve mon ikigaï" 

L'atelier collectif pour mettre des paillettes dans ta vie

Nous n'avons pas pu confirmer ta demande.
Bravo ! Ta demande est validée !
Nous n'avons pas pu confirmer ton inscription.
Bravo ! Ton inscription au mini-parcours est validée !

Reçois pendant 5 jours nos conseils, outils et partages d'expériences

Nous n'avons pas pu confirmer ton inscription.
Ton inscription est confirmée.

Du sens (et des paillettes) dans ta vie pro !

Reçois chaque mois des outils et des inspis 

pour une vie pro épanouie