Pauline : Serial Reconvertie

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

« Je suis convaincue qu’on peut tout apprendre et tout faire si on s’en donne les moyens . »

Raconte-nous ton parcours.

Après le bac, je suis partie vivre à Paris pour faire l’École de la Chambre Syndicale Parisienne de la couture, puis une formation de broderie d’art à l’école Lesage.

Les métiers de la mode sont une vraie passion ! Mais, j’ai aussi découvert que c’était un milieu de requin !

Après avoir subi du harcèlement moral pendant 1 an dans une grande Maison de Couture, je me suis réorientée en m’inscrivant en licence d’histoire de l’art et archéologie.

En parallèle, je suivais les cours du soir de l’École du Louvre. Je rêvais d’être conservatrice au Palais Galliera. Malheureusement, j’ai loupé de peu l’entrée à l’Institut national du patrimoine…

Finalement, la vie m’a offert d’autres opportunités et j’ai commencé un stage en tant que chargée de production audiovisuelle. J’ai tout appris sur le tas : la production, le cadre, la Voice-over, gérer un plateau de tournage…C’était tellement l’éclate que j’y suis restée 7 ans !

Après ces années, je commençais à me lasser de ma vie parisienne et j’ai décidé de tout quitter pour rejoindre mon cher et tendre qui vivait à Lyon.

C’était un nouveau départ et mes débuts dans la grande aventure de l’entreprenariatAvec mon frère nous avons ouvert un restaurant à Lyon.

Nous faisions absolument tout : la cuisine, le service, la compta jusqu’au ménage ! L’expérience était incroyable, j’ai adoré ! Mais c’était aussi dur de tout gérer … D’autant plus quand je suis tombée enceinte de mon fils !

À sa naissance, vendre notre affaire s’est imposé : je ne voulais pas rater le coche de mon rôle de maman.

Puis, départ pour une nouvelle vie à la campagne : il me fallait trouver un nouvel élan. J’ai décidé de me lancer dans une formation à distance pour devenir développeuse web.

En même temps, j’ai donné naissance à ma fille.

Pendant 2 ans, je gérais les enfants, la maison et mes études. 

J’ai très vite décidé de créer mon entreprise pour apprendre encore plus vite et me confronter au marché du travail. Je n’étais pas encore diplômée, mais j’avais besoin de faire bouger les choses.

Diplôme en poche, j’ai alors vraiment pu faire décoller mon activité que j’adore !

 

En quoi consiste ton travail aujourd’hui ? Qu’est-ce qui te plaît le plus ?

Aujourd’hui, je suis conceptrice de sites webJe crée des identités visuelles et je fais du consulting en stratégie digitale. Je propose un accompagnement global qui me permet de travailler pour de petites entreprises comme pour des groupes ou des institutions.

J’accompagne, je conseille et j’imagine pour construire un projet digital solide qui a du sens, qui va répondre aux objectifs de mon client et l’aider à développer son entreprise.

J’adore le fait de pouvoir allier créativité et technique et de pouvoir imaginer des idées innovantes à chaque nouveau projet.

Sur un plan plus matériel, j’aime pouvoir travailler de n’importe où et être maître de mes décisions et de mes choix.

Et je suis très heureuse quand mes clients sont contents et qu’ils récoltent le fruit de mon travail.

Qu’est ce qui t’a donné envie de te reconvertir plusieurs fois et de devenir entrepreneure ?

Je crois que j’ai naturellement la bougeotte. Je n’aime pas quand les choses sont trop faciles. Trop acquises. Et surtout, j’ai besoin d’apprendre toujours plus.

Je n’ai pas peur de repartir de zéro, au contraire. Je n’ai pas non plus peur de me confronter à des gens expérimentés ou de me replonger dans les études. Et je suis convaincue qu’on peut tout apprendre et tout faire si on s’en donne les moyens et le temps.

Concernant l’entreprenariat, je crois que j’ai toujours su que j’avais envie de cette vie-là. Et aussi que je n’étais pas faite pour avoir un chef qui décide à ma place !

Et puis, la reconversion et l’entreprenariat sont une affaire de famille, nous avons ça dans le sang ! Ma maman et mon frère sont entrepreneurs et ont aussi fait plusieurs reconversions. Nous nous soutenons mutuellement. Ce sont de vraies ressources pour moi.

Comment se présente une journée type pour toi ?

Réveil à 6h00, je consulte mes mails (oui je sais, ce n’est pas bien !), ensuite je gère les enfants.

Après les avoir déposés à l’école, je réponds à mes messages et j’attaque le planning de travail tel que je l’ai défini la veille au soir dans mon application de gestion de temps. Je ne m’arrête pas de la journée jusqu’à 16h, heure à laquelle je vais chercher mes petits à l’école.

Ma vie de maman prend le relais jusqu’au coucher, puis je me remets au travail 2 à 3h avant d’aller me coucher.

Et dans mon lit, je fais le planning de ma journée du lendemain, puis je coupe mon téléphone !

Quelles sont selon toi les qualités essentielles pour entreprendre ?

Ne pas avoir peur d’apprendre ou de repartir de zéro.

Je pense qu’il faut aussi se faire confiance, écouter son instinct tout en pesant les conseils et avis des uns et des autres avec intelligence et recul.

Être mega-super-giga organisé(e), c’est indispensable pour réussir à tout faire parce qu’on ne va pas se mentir, être entrepreneur c’est du 300%.

Et pour finir, je dirais qu’il faut être armé(e) pour faire face à la solitude de l’entrepreneur qui peut être, à mon avis, une vraie raison d’abandonner.

Quels sont, pour toi, les avantages et les inconvénients d’être maman et entrepreneure ?

Le principal avantage, c’est que je gère mon emploi du temps comme je le veux et en fonction de mes enfants. Je suis très présente pour eux et c’est volontaire. Je veux profiter de ces moments-là et leur offrir tout ce que je peux pour les accompagner.

Ils savent que je travaille à la maison et ils me voient travailler dur. Je veux aussi leur transmettre cette valeur-travail, ce sens du dépassement de soi.

C’est aussi un inconvénient parce qu’il est difficile de trouver un équilibre entre le travail omniprésent et la vie de famille. C’est difficile de couper, d’être parfaitement disponible mentalement alors que mon bureau est juste à côté du salon.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile pour toi dans ta vie d’entrepreneure ? Et comment as-tu dépassé cela ?

Faire un enfant tout en préparant un diplôme ! Je ne gagnais rien, on allait avoir un deuxième enfant et je vivais une grossesse un peu difficile.

J’avais l’impression de ne pas avancer dans la formation que je faisais en e-learning donc en autonomie totale. J’avoue ne pas avoir beaucoup dormi pendant cette période tant je me suis posée de questions.

J’ai dépassé ces difficultés en fonçant, sinon je n’aurai jamais pu faire un dixième de ce que j’ai fait !

J’ai beaucoup pensé à ma grand-mère qui a fait 8 enfants quasiment sans quitter le comptoir de la pâtisserie familiale 7j/7. Je me suis inspirée de sa force de caractère. Je me suis aussi reposée sur mon mari qui a eu la patience de me laisser avancer dans mes projets et me donner confiance en moi.

Me confronter à mes premiers clients a aussi été compliqué, c’était plutôt le syndrome de l’imposteur. Pour dépasser cela, j’ai travaillé mon réseau, rencontré d’autres entrepreneurs qui m’ont donné de l’assurance en me parlant de leurs expériences. Et puis, j’ai pris vraiment confiance en moi et en mon travail quand mes clients m’ont adressé de bons retours.

Quels sont tes projets et tes rêves pour la suite ?

Le projet de créer ma propre agence 360 me titille de plus en plus et aussi de travailler pour de grandes start up.

Et mon rêve le plus fou, c’est de pouvoir trouver du temps pour écrire un roman et pourquoi pas, d’être publiée.

Que conseillerais-tu à une maman qui souhaite se lancer comme entrepreneur mais n’a pas encore osé franchir le pas ?

De ne pas hésiter une minute de plus si c’est ce qui peut lui permettre de donner du sens à sa vie.

Et de ne surtout pas penser qu’être maman est un frein à la création d’entreprise.

Je pense qu’il faut aussi se rapprocher des nombreux réseaux de femmes entrepreneurs et pourquoi pas de faire appel à un(e) coach pour conforter son projet.

Le fait de poser des questions, de créer son réseau professionnel en côtoyant des personnes qui ont elles-mêmes vécu cette expérience est un vrai plus pour ne pas remettre indéfiniment son projet à plus tard.

Et le dernier conseil que je pourrais donner c’est de toujours tirer le positif de chaque expérience, même si les choses ne se passent pas comme on l’avait imaginé : il y a toujours quelque chose de bon dans ce que l’on entreprend.

Ta citation favorite

« L’audace réussit à ceux qui savent profiter des occasions. »

Retrouve Pauline

Et suis l’actualité de SuperWeb sur ses réseaux sociaux

Redonne du sens 

à ta vie pro !

Un accompagnement personnalisé pour mieux te connaître, construire un projet qui te ressemble et passer à l’action pour enfin kiffer ton job !

Articles à la une 

Partagez ce post

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Si toi aussi tu souhaites (re)devenir actrice de ta vie pro, découvre notre bilan de compétences réinventé.

Un accompagnement personalisé pour mieux te connaître, construire un projet qui te ressemble et passer à l’action pour ENFIN kiffer ton job !

Picture of Astrid Van Minden

Astrid Van Minden

Fondatrice & Coach en réinvention professionnelle.
Ma vision : une agence digitale dédiée à l’épanouissement professionnel des femmes. Bienvenue chez COMP&SENS !

Retour en haut
Nous n'avons pas pu confirmer ta demande.
Bravo ! Ta demande est validée !

Avant-Première "Je trouve mon ikigaï" 

L'atelier collectif pour mettre des paillettes dans ta vie

Nous n'avons pas pu confirmer ta demande.
Bravo ! Ta demande est validée !
Nous n'avons pas pu confirmer ton inscription.
Bravo ! Ton inscription au mini-parcours est validée !

Reçois pendant 5 jours nos conseils, outils et partages d'expériences

Nous n'avons pas pu confirmer ton inscription.
Ton inscription est confirmée.

Du sens (et des paillettes) dans ta vie pro !

Reçois chaque mois des outils et des inspis 

pour une vie pro épanouie